Sélection spéciale DIGITAL
Quel article préférez-vous ?

Thierry Bedoin lauréat du Prix RB Éditorial 2019

Thierry Bedoin,Chief Digital Officer à la Banque de France, a remporté le Prix Prix Éditorial 2019 pour son article :

Transition digitale : les API sont une chance pour tous les acteurs de la finance
Paru dans Banque & Stratégie 376, janvier 2019

Lire l’article

NOUVEAUTÉ 2019 : un prix en hommage à nos auteurs et contributeurs !

Chaque année, le groupe REVUE BANQUE propose les réflexions de plus de 650 auteurs – experts et professionnels – pour accompagner tous les métiers des secteurs Banque, Finance et Assurance.
Mettant à l’honneur ce travail, nous créons, à l’occasion du workshop (R)évolution digitale, un Prix Éditorial présentant leur capacité à analyser et décrypter l’actualité du secteur, anticiper et identifier les tendances, dénicher des innovations pour se renouveler face aux nouveaux défis du digital.

Un prix des lecteurs
La sélection établie par REVUE BANQUE est composée de 12 articles issus de nos revues (Revue Banque, Banque & Stratégie, Banque & Droit) et extraits d’ouvrages publiés par RB Édition, parus au cours des 12 derniers mois.

Et vous, quel article ou extrait d’ouvrage préférez-vous ?
Abonnés, lecteurs, professionnels du secteur, enseignants et étudiants… vous êtes invités à découvrir ou redécouvrir cette sélection éditoriale.

Laurent Darmon, est le parrain du Prix Éditorial 2019.
CEO de La Fabrique by CA, sa double expérience en Finance & Économie numérique est emblématique des innovations digitales qui bouleversent les secteurs de la banque, de l’assurance et de la finance.

Les votes sont clos.
Le Prix Éditorial 2019 a été remis,
mardi 5 novembre 2019, lors du
Workshop (R)évolution digitale.

REVUE BANQUE

Crypto-actifs : la Banque Centrale Européenne rassurante, mais vigilante
Laurent Quignon, BNP Paribas
Revue Banque 833 juin 2019

Nonobstant leur caractère hautement spéculatif et le risque de perte très important auquel ils exposent individuellement les investisseurs, les crypto-actifs ne présentent pas, selon la BCE, de menace pour la stabilité financière de la zone euro.

Face aux nouveaux moyens de paiement, que deviennent les espèces ?
Régis Folbaum, La Banque Postale
Revue Banque 827/828 janvier 2019

Aujourd’hui, en France, les paiements en espèces ont tendance à diminuer. L’utilisation de la carte est à son plus haut historique et les nouveaux usages et moyens de paiement se développent. Pour autant, certaines catégories de population continuent à utiliser massivement les espèces.

Protection des données personnelles : les géants du Web sont-ils soumis aux mêmes règles ?
Aurélie Banck, Lexing Alain Bensoussan Avocats,
Revue Banque 821 juin 2018

Alors que le RGPD vient d’entrer en vigueur, les acteurs bancaires européens peuvent-ils compter sur une égalité de traitement réglementaire avec les géants technologiques quant à l’utilisation des données personnelles ? La réponse est nuancée.

BANQUE & STRATÉGIE 

La (juste) place de la rentabilité dans la viabilité d’une fintech 
Antoine Baschiera, EarlyMetrics 
Banque & Stratégie 381, Juin 2019

Les montants stratosphériques levés par des FinTechs non rentables peuvent impressionner, voire inquiéter. Toutefois, dans cet univers, la rentabilité doit être remise à sa juste place, aux côtés d’autres critères de poids permettant d’appréhender la viabilité d’une FinTech. Pour tenir compte des spécificités du secteur, un modèle de notation dédié a été développé.

L’écosystème FinTech en France : quels modes de financement ?
Sophie Zellmeyer et Edouard Bouvet, Exton Consulting
Banque & Stratégie 373, avril 2019

L’année 2018 est déjà une année record par les montants investis dans la FinTech. La France n’échappe pas à ce phénomène, mais les jeunes pousses françaises restent sous-capitalisées par rapport à leurs homologues européennes et notamment anglo-saxonnes. Un fait qui s’explique par les particularités du système français d’accompagnement et de financement des start-up.

Transition digitale : les API sont une chance pour tous les acteurs de la finance
Thierry Bedoin,  Banque de France
Banque & Stratégie 376, janvier 2019

La technologie des API ne doit pas opposer acteurs historiques et FinTechs, mais au contraire devenir un facteur de coopération et d’émulation. Pour toute entreprise qui cible le développement de services innovants, les API (Application Programming Interface) constituent aujourd’hui l’élément incontournable d’une stratégie de digitalisation. C’est particulièrement vrai dans le domaine financier, chez les acteurs historiques comme dans les FinTechs

BANQUE & DROIT

Pot-pourri autour de la blockchain
Patrick Barban, Université Le Havre-Normandie
Banque & Droit 184, avril 2019

Le décret modifie le Code de commerce et le Code monétaire et financier pour permettre l’émission et la circulation des bons de caisse sous forme de minibons  ainsi que l’inscription de titres financiers et leur nantissement sur un dispositif d’enregistrement électronique partagé fonctionnant sur la base de la technologie blockchain. Décret n° 2018-1226 du 24 décembre 2018 relatif à l’utilisation d’un dispositif d’enregistrement électronique partagé […].

Ombres et lumières sur les services liés à la monnaie électronique
Myriam Roussille, Université du Mans, IRJS Sorbonne Affaires-Finances
Banque & Droit 184, avril 2019

La CJUE se prononce, pour la première fois, sur la notion de « services de paiement liés à l’émission de monnaie électronique » qui recouvre un einjeu prudentiel  important. Elle affirme, à cette occasion, que le remboursement de monnaie électronique est un service lié à son émission, mais ouvre un autre champ de questionnement, non moins fondamental, sur l’indivisibilité de l’« opération de paiement ». CJUE, 1re ch., 16 janvier 2019, aff. C‑389/17, Paysera LT UAB c/ Lietuvos bankas.

Comment réguler les FinTechs ?
Silvestre Tandeau de Marsac, Fischer, Tandeau de Marsac, Sur & Associés
Banque & Droit 181, octobre 2018

Le fort développement des FinTechs au cours de ces dernières années pose la question de leur régulation. Comment les encadrer sans brider l’innovation ? Comment faciliter leur développement tout en offrant un niveau de sécurité et de protection suffisant à leurs utilisateurs ? L’enjeu est de taille pour les régulateurs européens et non européens qui doivent apporter rapidement des réponses cohérentes, harmonisées et pertinentes, sous peine de créer d’importantes distorsions réglementaires susceptibles de perturber la concurrence entre les acteurs de la finance et d’augmenter les risques pour les utilisateurs.

RB ÉDITION 

« Blockchain et monnaie électronique : de la confiance numérique à la prise en compte des cyberisques »
Olivier de Maison Rouge, avocat
Cette contribution est extraite de la Partie 4 – Nouveaux enjeux et nouvelles réponses de la finance en 2030 – de l’ouvrage collectif Quelle finance en 2030 ? 40 points de vue d’experts, 11e volume de L’Année des Professions Financières (APF), sous la direction de Pierre-Henri Cassou (juin 2019), 336 pages.

…Survolez l’extrait pour lire la suite…
Olivier de Maison Rouge, avocat spécialiste de ces risques, propose une réflexion sur les monnaies virtuelles et leur rôle dans l’évolution des modes de paiement et de règlements. Après avoir rappelé la définition de la blockchain et détaillé ses usages comme ses limites, il passe en revue les « crypto-monnaies », qui sont une première application de la blockchain. Il expose les risques qui leur sont liés, en raison tant de l’absence de contrôle que de piratages informatiques ou de leur volatilité. Il appelle donc à un renforcement de la réglementation applicable à ces instruments, de façon à ce que « la bonne monnaie électronique chasse la mauvaise ».

« Qu’est-ce que la blockchain ? »
Xavier Vamparys, CNP Assurances
Chapitre 1 de l’ouvrage La blockchain au service de la finance – Cadre juridique et applications pratiques.
Préface de Myriam Roussille, avant-propos d’Adrien Basdevant (septembre 2018), 164 pages.

…Survolez l’extrait pour lire la suite…

Par une approche synthétique et pédagogique, Xavier Vamparys dresse une présentation pratique de la blockchain en relatant grand nombre de ses applications, en cours ou potentielles, dans les différents compartiments de la finance. Il parvient à nous faire comprendre la blockchain et à nous convaincre de l’importance qui lui est prêtée, en nous révélant sa richesse et les enjeux qu’elle recouvre.

« Du droit et des algorithmes. Libres propos sur la notion d’algorithme, cet impensé du droit »
Marina Teller, Université de Nice Sophia Antipolis. ComUE UCA, GREDEG-CREDECO, CNRS UMR 7321.
Cette contribution est extraite de la Partie IV – Nouvelles technologies et fintech – de l’ouvrage collectif Droit bancaire et financier. Mélanges AEDBF France VII, sous la direction de Jean-Jacques Daigre et Bertrand Bréhier (juin 2018), 414 pages.

…Survolez l’extrait pour lire la suite…

Si le « cyberdroit bancaire et financier » fait son apparition dans le VIIe recueil, cela témoigne de la capacité de l’AEDBF à se tourner vers l’avenir et ne pas craindre les évolutions techniques et leur langage, pourtant souvent déroutant pour le juriste et parfois même abscons.

Nul doute que les enjeux qui se dessinent en matière de régulation juridique des algorithmes et de la cybernétique appelleront des regards pluriels, conjuguant les compétences juridiques et les savoir-faire techniques et numériques. À l’heure où certains annoncent une nouvelle révolution, celle de l’économie dite « quaternaire », il est probable que le monde des juristes spécialisés en droit bancaire et financier sera appelé à connaître des mutations profondes. Le travail de réflexion et de compréhension de ces enjeux commence dès à présent et la contribution de Marina Teller y apporte sa pierre.